La Révision de l’Avent – Positions 18 à 13

Pour t’abonner au Patreon CJDLL et profiter de tous les avantages : https://www.patreon.com/cestjustedelalutte

Comme le veut la tradition, je vous présente la Révision de l’Avent, mon top 24 des meilleurs lutteurs RAW et Smackdown de l’année COVID. Revisitez avec moi leur année charnière ou assez ordinaire, avec des statistiques ridicules, des Awards et des moments pas toujours marquants! Ça se lit comme du chocolat…

18e position : Jeff Hardy

Fiche (victoires-défaites) : 12-11
Présences dans les Actifs : 9
Présences dans les Passifs : 23
Taux d’efficacité : 0,281
Citation qui résume leur année : « Celui qui est une Énigme Charismatique se plaint que la vie n’est pas facile et qu’il doit vaincre ses démons pour rester sobre… C’est plate… »

Une année tout en sobriété pour le frère de l’autre qui n’existe plus dans l’univers de la WWE. Jeff Hardy a eu toutes les misères du monde à rester sobre et se sortir des griffes de ses démons, exprimés en la personne de Sheamus. Mais sa victoire contre AJ Styles lui aura permis de mettre la main sur le titre Intercontinental au passage, avant de perdre son titre à cause d’une échelle coincée dans son oreille. Ça nous est tous déjà arrivé!

#GrosseNouille

Le retour de Jeff Hardy a été compliqué et surtout focalisé sur le fait de se moquer, disons-le poliment, de ses problèmes de consommation. Parfois c’est malaisant, parfois c’est comico-tragique, mais comme pour plusieurs, c’est un peu compliqué de trouver à Jeff Hardy la bonne chaise. C’est un peu dommage qu’à ce stade-ci de sa carrière, la WWE ne se serve pas de Jeff pour permettre à de nouveaux talents de briller. Il semble que ce soit beaucoup plus drôle de rire d’un homme et son combat avec le whiskey irlandais…

17e position : Shayna Baszler et Nia Jax

Fiche (victoires-défaites-nulles) : Shayna : 14-9-1; Nia : 15-7-2 Ensemble : 7-3
Présences dans les Actifs : 7
Présences dans les Passifs : 20
Taux d’efficacité : 0,259
Citation résumant son année : « Mais j’aurais dû me douter qu’on cherchait la manière la plus endormante pour humilier Lana encore une fois. Si je me fie à Family Guy, encore une douzaine de fois et après le gag va redevenir drôle. Faut prendre notre mal en patience…»

Une année passée à attendre le train et un grand retour qu’on a vite fait d’oublier, tels sont les constats qu’on pouvait attribuer aux années Covid de Shayna Baszler et Nia Jax avant qu’elles ne retrouvent en équipe. Mais c’est à travers l’humiliation systémique de Lana qu’elles ont su trouver l’énergie pour définir leurs personnages; des femmes dangereuses quand vous montez dans le ring contre elles. C’est à vos risques et péril, au sens figuré pour la première et au sens propre pour la deuxième…

#NiaiseMoi

Après sa victoire fracassante à Elimination Chamber, Shayna Baszler a subi une défaite plutôt sèche à WrestleMania qui l’a reléguée aux oubliettes pour une bonne partie de l’année. Et de l’autre côté, Nia Jax semblait recevoir les éloges alors que plusieurs la considèrent comme un réel danger dans le ring. Espérons que leur équipe se dissolvent rapidement avant WrestleMania et qu’on donne enfin une chance à Shayna de briller avec la ceinture. Les chances sont malheureusement bonnes que ce soit Nia qui hérite du titre de RAW en premier…

16e position : Sheamus

Fiche (victoires-défaites) : 12-18
Présences dans les Actifs : 10
Présences dans les Passifs : 17
Taux d’efficacité : 0,370
Citation résumant leur année : « L’action se poursuit jusque dans les toilettes, où Sheamus fait boire Hardy directement de l’urinoir avant de lui montrer son visage de junkie pathétique dans le miroir. Hardy lance ensuite Sheamus dans une des cabines où il semble briser un bol de toilette.»

Notre bagarreur irlandais préféré s’est donné la mission, à Smackdown, de ramener Jeff Hardy dans le droit chemin cette année. C’était très noble de sa part, d’incarner les démons de Jeff au maximum de ses capacités. Maintenant à RAW, il a généreusement offert à Drew McIntyre de rapatrier ses souvenirs de famille pour lui permettre de remettre la main sur son titre. Aura-t-il droit à un affrontement avec Drew en guise de remerciement en 2021?

#PausePisse

À 42 ans, maintenant, Sheamus est à une étape de sa carrière où il met en valeur de jeune talent pour leur permettre de s’élever eux aussi. Malheureusement, l’essentiel de son année Covid aura servi à élever Jeff Hardy, 1 an plus vieux que lui. Mais Sheamus est un adversaire crédible, qui joue un rôle cliché, mais efficace. Le seul hic, c’est qu’il a beaucoup incité à la consommation de bière pour oublier l’année 2020, et la bière, ça donne envie de pisser.

 15e position: Bray Wyatt – The Fiend (Alexa Bliss)

Fiche (victoires-défaites combinées) : 4-2-1
Présences dans les Actifs : 8
Présences dans les Passifs : 14
Taux d’efficacité : 0,375
Citation résumant leur année : « The Fiend s’approche d’Alexa pour lui sacrer les doigts dans la bouche, mais Alexa met sa main sur lui et elle lui caresse la joue… The Fiend recule parce qu’il a peur de vivre des émotions?»

À défaut d’avoir pu profiter du titre Universel longtemps et d’avoir eu une rivalité intéressante avec Braun Strowman, Bray Wyat et son alter ego ont peut-être trouvé ce qui manquait dans leur cœur et combler ce vide qui exultait toute cette rage : l’amour… Après avoir utilisé son image dans le marais, The Fiend s’est laissé séduire par Bliss jusqu’à ce qu’elle en devienne son point faible. Bray Wyatt termine son année alors qu’on ne sait pas s’il est la proie ou le prédateur de Randy Orton. Mais 2016 vient de téléphoner pour nous demander si leur rivalité est meilleure et je n’ai pas oser leur dire quoi que ce soit à propos de 2020…

#ClapDeGolf

On peut dire qu’Alexa « Harley Quinn » Bliss a peut-être donné un second souffle ou même une deuxième et dernière chance au Fiend, surtout depuis que Bill Goldberg l’avait enterré quelque part en Arabie Saoudite. On se rend compte, de plus en plus, que The Fiend est confiné à des matchs gimmick, car très peu de lutteurs ont été capable d’avoir de bons matchs contre lui; Daniel Bryan, Kevin Owens? Heureusement, Alexa Bliss vient redonner une couche d’intérêt qui commençait à sérieusement manquer depuis sa catastrophique série de matchs contre Braun. Mais la WWE a fort à faire si elle veut vraiment nous vendre ce psychopathe comme étant un gentil bonhomme…

14e position : Randy Orton

Fiche (victoires-défaites-nulles) : 12-6-1
Présences dans les Actifs : 17
Présences dans les Passifs : 21
Taux d’efficacité : 0,447
Citation résumant leur année : « Pour Randy Orton, de se vanter d’avoir tout accompli et de se réveiller un matin et de se dire : « Ouais, bien, j’ai tout gagné… Il me semble que je devrais être champion de la WWE… » Et ce 1 mois après avoir dit qu’il n’avait pas besoin de ceinture pour être le meilleur lutteur au monde… Est-ce qu’il mérite d’être là? Oui. Est-ce qu’on savait et voulait qu’il soit là? Oui. Est-ce que c’était un bon segment créatif? Nope…»

« Se relever d’un des matchs les plus décevants de l’année », tel a été la rédemption Covid de Randy Orton. D’abord impliqué dans le plus grand match de lutte de l’histoire, avant de détruire des légendes comme à la belle époque, Randy est redevenu champion de la WWE, en faisant preuve d’un acharnement inégalé. Mais sa défaite contre Drew, 3 semaines après sa victoire à Hell In The Cell a vite fait de retourner Randy dans de vieilles rivalités lentes et méthodiques, qui nous… (bâillements)… gardent en… (Zzzzz)…

#BeaucoupBien

Après l’échec de WrestleMania, Randy Orton a probablement livré une de ses meilleures performances globales en carrière pendant l’été 2020. Bien que ses promos aient été parfois répétitives, (c’est tout de même un lutteur de RAW), Randy a semblé retrouvé une motivation et un petit quelque chose qui lui ont permis de redevenir l’un des meilleurs heel de l’industrie. Mais sa trop longue rivalité contre Drew et son court règne de champion ont malheureusement un peu terni son année. C’est difficile d’être positif pour 2021 dans son cas, même si on sait qu’il aura au moins un autre excellent affrontement contre Edge lorsque ce dernier reviendra.

13e position : Roman Reigns (Jey Uso)

Fiche (victoires-défaites) : 7-1
Présences dans les Actifs : 12
Présences dans les Passifs : 4
Taux d’efficacité : 0,750
Citation résumant son année : « Roman, furieux, retourne en arrière avec Paul en accélérant le pas. Jey quitte le ring tranquillement, se retournant une dernière fois pour saluer la foule virtu… PATACLOW! Superman Punch! « La famille a besoin de moi! Tu ne vas jamais prendre ma place au bout de la table! »

On pourrait se plaindre de bien des choses en 2020, mais Roman Reigns n’entre pas dans cette catégorie. Après avoir raté son rendez-vous à WrestleMania contre Goldberg (merci Covid), Roman est resté sagement à la maison jusqu’à ce que la situation lui permette de revenir. Et quel retour ce fût! Bien assis sur son trône, Roman est revenu mettre ses grosses bottes sur la table, en expliquant au passage à son cousin Jey, que c’était lui le chef des Samoans. Mais pendant qu’on trouve un vaccin pour contrer cette terrible pandémie, on nous rappelle aussi que cela signifie que Goldberg aura droit à son match… Les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules…

#LeSuperbe

Il n’est là que depuis 3 mois, mais le Roman Reigns auquel nous avons maintenant droit nous a complètement fait oublier son absence tout à fait justifier de 5 mois. On pourrait même dire qu’il nous a fait oublier les 5 dernières années de mauvais booking, ainsi que le pauvre segment où Jey Uso a dû animer un Karaoke. Il aura fallu le départ des foules pour qu’enfin Vincent prenne le risque d’utiliser Roman comme étant celui que les fans ont toujours aimé détester. Ce sera très intéressant de voir comment il pourra continuer de progresser dans son personnage en 2021, comment se développera sa relation avec ses cousins et à qui la WWE donnera le privilège de le détrôner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.